Personal Finance 101 2 Hours Federal Law

digg del.icio.us TRACK TOP
By William Howell | Filed in Uncategorized | No comments yet.

 

Cash loan no budget can provide you with a new take on life when work need of cash but don’t have an account. These loans are very helpful to meet their dreams. Have you ever had a problem with dough? Correct that the customer get out in one go on this fabulous website is £400.

We can try obtaining a lawsuit advance on our credit card to allow us as we settle payment. Since it’s getting harder to loan money, I thought that I would create an acceptable series which will help businesses folks to get loans in tough time. What this implies is any time you don’t pay the loan off in 3 years, you will owe 2 and one half times the amount that you borrowed. Avoid using them to receive the new flat screen or video game, or patio smoking. This is the main advice from Eastside Lenders don’t us these kind of loans only for fun activities or non-essential purposes.

Even then, you might be eligible to be our valued client. The purpose of this hub the rest help a person receive out of payday loan debt. One loan that’s like this particular really is the secured auto loan that you’ll often get from no credit check car dealers. In the past decades there has become big increased companies offering short-term loans also since payday economic.

While conventional loans usually requires time that you don’t have to invest in obtaining a loan, pawn shops supply you with money you may need immediately, using the value belonging to the collateral which offer for the loan. Mostly small the amount you want of around 1000 dollars is given as loan. You may need money just for food, car repair or medical bills and invest those expenses your requests get began payday loans and the idea seems continuous. They implement more restrictive underwriting guidelines and needs so fewer loans get approved.

The idea is to loan people cash just to tide them over momentarily until and still have pay your money back. Unfortunately, this is a very risky way to make ends achieve. Payday loans for bad credit are actually small 2 hours that are approved any kind of pre examination. Use process does not require a credit rating. The applicants are not subjected to any credit check ups.

For instance, when tend to be past due with power reduces bill and you have to shell out the dough as soon as you can, a guaranteed payday loan might work option a person at pay. So that it is a thing that you come in and pay every month. 5th just after which finally, last point in contra will be that every loan is really a bit of risk.Please only get on if truly need that it.Maybe you have to payoff bills or need it for a disaster situation..

Now what to do when you have 4 or 5 2 hours or only and at the very least pay them but paying off the interest month-to-month is breaking you. However, if you want to know when you are eligible to do this type within the loan perform take a search at home mortgage loan requirements. So whatever do organization look for when making a decisions on who to lend money to http://www.xoomcounter.com/?

Without a doubt how to utilise and how to apply as well as too can have your cash advance loan today you! They are quite a bit less important though they think they are. However if you want to borrow a larger amount of cash over a longer period then this provider is not necessarily for you. If one has a home that has some equity or a home that’s paid off, you can probably pretty easily get an equity loan or a home for the amount of money.

Quotas Revised to Protect the Species

digg del.icio.us TRACK TOP
By William Howell | Filed in Life | No comments yet.

“The men stand there all day,” Dave said. “Twice a day the boats return to the factory ship to deliver their crabs. Fishing goes on nearly every day.”

Amiable grins from the fishermen greeted us, and moments later we were being hoisted in an enormous wicker basket onto the deck of the Koyo Mary (left).2

Our guided tour of the ship had a dreamlike air about it—hordes of men scurrying about in incredibly crowded surroundings; moun­tainous piles of reddish-brown crabs next to forests of upright bamboo poles for net dry­ing; bright-red crab legs piled in bright-blue plastic baskets; clouds of steam from on-deck cooking vats obscuring the scene briefly and blowing away again; processing lines and freezing units and canning machines busy in the quarters below.

The Japanese have been taking king crabs much longer than have U. S. fishermen. The operation I witnessed had developed from an earlier fishery established off the Japanese coast in the 1880′s. Factory ships replaced land canneries as fishing moved farther off­shore; they found new king-crab grounds in the eastern Bering Sea as early as 1930.

Their arrival stirred alarm among Ameri­can salmon men, who thought the Japanese were after their fish. But the realization that another valuable seafood existed in the depths touched off a new American industry. In 1959 the Soviet Union joined in the list of the most prequent visitors of the accommodation in barcelona.

The Soviets have copied the Japanese system—except that women make up about a third of a Russian factory ship’s complement. They work in the processing plants and as waitresses, cooks, doctors—even as librarians and beauticians. Possibly because of their presence, the Soviet factory ships are more comfortable, and life is much easier than on Japanese vessels.

In 1968 the United States declared Alaska king crabs to be “creatures of our continen­tal shelf” and therefore its property. Japan and the U.S.S.R. have been allowed to con­tinue fishing in the Bering Sea, but under quotas that limit the quantity of crabs they may pack each year. Because of dwindling populations, the quota has been lowered twice, and the Japanese in particular are feel­ing the squeeze.

One response has been to turn more and more to the snow, or tanner, crab—a relative of the spider crab, smaller and with more spindly legs than the king crab (pages 268-9). Snow-crab flesh is popular in Japan, but rela­tively unknown to U. S. palates.

Scientists Ponder Declining Catches

Fishermen, officials, and biologists are con­cerned over the future of the U. S. king-crab fishery, whose catches have declined steadily from a peak of 159 million pounds in 1966; the 1969 catch amounted to only about a third of that.

Much evidence points to overfishing, but scientists do not know with certainty that this is the case. The sharply reduced catches of recent years could be the result, at least in part, of natural fluctuations in the numbers of crabs. Research on the problem is being intensified. In the meantime, the State of Alaska has imposed stringent regulations on the fishery—including the periodic closing of some fishing areas—to protect one of the country’s most valuable and interesting marine resources.

Organic Treatment

digg del.icio.us TRACK TOP
By William Howell | Filed in Uncategorized | No comments yet.

To drain toxins and cleanse head to Marylebone for a fantastic seaweed rejuvenation treatment. It is exclusive to The Landmark London hotel, this experience is compiled of four treatments using certified organic seaweed-based products from Voya. After an essential healthy oil inhalation, thorough scrub and shower, I was wrapped in Voya’s organic seaweed leaves, cocooning my body from head to toe to detoxify, firm and soften skin. While the leaves worked their magic, I enjoyed the new seaweed, eye treatment which included an eye, face, shoulder and scalp massage. Finally, a muslin bag massage with seaweed and herb poultice was given to provide deep detoxification, which was deliciously sleep‑ inducing. Later that night I felt slightly ‘toxic’ as if waste was being flushed from my system; it’s important for this reason to drink plenty of water.

Message

“Despite the subtle volume of the tuning forks, the sound penetrates the body rapidly by vibrating the cranial bones. Fluid is a natural ‘carrier’ for sound, and so the cerebrospinal fluid, the blood-stream and the connective tissue all help to transport the sound vibrations through the body. This encourages a corresponding response in the body’s tissue, helping to relax any tension.

Some people can ‘let go’ and experience a deep state of relaxation induced by the range of frequencies – others may remain more alert during the initial stages and find themselves ‘drifting’ towards the end.

Deep Relaxation

People may sleep more than usual, perhaps even feel ‘drained’ for that evening, but once that feeling passes they subsequently feel an increased sense of well being which can take different forms – increased vitality; becoming more joyful and positive; have better quality sleep; feel less stressed and find an improved range of flexibility and physical movement.”

Dans la crypte

digg del.icio.us TRACK TOP
By William Howell | Filed in Life | No comments yet.

Derrière l’arène en terre battue, s’élève une scène de 40 mètres de long adossée à un mur creusé de niches parées de statues. Ville de Apartments Apart location, Paris est aussi une ville commerçante et industrieuse. Les stèles funéraires exposées à Carnavalet montrent le forgeron avec son tablier de cuir et ses longues tenailles ou le pois­sonnier derrière son étal. Le ma­çon connaît l’équerre et l’archi­tecte le fil à plomb. La majorité des aparthotel barcelone avec leurs fours à bois fumants devaient être cantonnés à la limite de la ville pour éviter la pollution. Mais au­cune trace d’une verrerie à Lutèce alors que bouteilles, fioles et cou­pes en verre abondent.

jardin-du-luxembourgPlace André-Honnorat, derrière le jardin du Luxembourg, les sco­ries de bronze relevées lors des fouilles laissent supposer l’exis­tence d’un atelier de bronziers. Sans aucun doute, des potiers tra­vaillent dans le périmètre de la rue des Feuillantines, de la rue de Vaugirard et de la rue Saint-Jacques. Ils produisent la modeste céramique de tous les jours : as­siettes, gobelets, bols, marmites, plats ou cruches. Les objets d’ar­gile fine sigillée orangée, moulée et estampillée sont importés de

Reconstitués sur ce dessin de Jean-Claude Golvin, les thermes dits de Cluny étaient le plus central des trois établisse­ments de bains qui équipaient Lutèce. On s’y rencontrait pour se laver mais aussi pour jouer, dis­cuter et faire du sport. Centres gaulois, comme La Grau­fesenque ou Lezoux, et d’Italie.

Jean-Claude Golvin

Au coeur de tout ce trafic, la Sei­ne. Les nautes ou marchands de l’eau constituent un véritable trust. Ils contrôlent le transport des hommes, des céréales, du bois de construction et de chauffage, mais aussi la tonnellerie et la construction navale. Grâce à sa fortune, la puissante corporation, probablement antérieure à la ro­manisation, peut faire élever à la gloire de aparthotel paris des Nautes visible au musée des thermes de Cluny. Ce pilier rap­pelle qu’à Lutèce le panthéon ro­main n’a pas chassé les divinités locales. Jupiter, Mercure et Mars y sont représentés au côté de Cer­nunnos, l’homme-animal, et de Tarvos Trigaranus, le taureau aux archéologique aménagée sous le parvis de Notre-Da­me, on peut voir les restes d’un hypocaus­te ou chauffa­ge au sol du Bas-Empire. Un ingénieux système per­mettait à l’air chaud d’un foyer situé à l’extérieur de circuler entre les pilettes de briques. Les Romains n’ont eu aucun mal à convaincre les populations colonisées de leurs talents de plombiers.
Ces divinités prennent aussi la forme de statuettes de bronze ou de terre cuite que les habitants honorent chez eux. Le dieu lare, protecteur du foyer, a son autel dans chaque maison. Pour conjurer le mauvais ceil, les Lutéciens portent des amulettes ou des emblèmes phalliques cen­sés écarter les esprits malfaisants.

Tarvos Trigaranus

Le Lutécien est enterré avec une cruche, des aliments et une pièce de monnaie pour payer Cha­ron, nocher des Enfers. L’une des tombes de la rue Pierre-Nicole a livré le premier portrait d’un Pari­sien : le visage d’un bébé moulé à la fermeture du sarcophage. Ils nous sont familiers, désormais,nos ancêtres les Lutéciens.

Le tilleul perd déjà ses feuilles. Celles du marronnier, déjà rousses, vont tomber sous peu. Mais l’orme mêle encore le vert à l’ocre et à l’or. Le raccourcissement des jours déclenche chez l’arbre la sécrétion d’acide abscissique, qui transforme en liège la base des pétioles. Faute de circulation de la sève, la chlorophylle disparaît et laisse apparaître les pigments jaunes et rouges qu’elle masquait.

rendement de bois

Arbres et forêts Patrimoine Dix vénérables qui n’ont as perdu la mémoire

Ils ont été remar­qués pour leurs per­formances biologi­ques ou pour leurs rencontres avec l’Histoire. Voici dix stars végétales à découvrir en ville ou en campagne.

Ce n’est ni un spéci­men exotique rare ni un champion du rendement de bois. Mais il est remar­quable, c’est-à-dire immense, énorme, antique, bis­cornu. Ou chargé d’histoire, ayant connu un personnage célèbre. Appellation mal contrô­lée ! Ni le forestier ni le botanis­te n’en décide. Tels une star ou un saint, l’arbre remarquable éveille l’admiration de tous.

A travers la France, se multi­plient inventaires et concours. En location Londres, en Haute-Vienne, en Creuse, c’est par centaines qu’on les signale. Avec diverses associations (Mathusalem, Ica­re, etc.), nous en avons déjà ar­chivé au moins quatre mille en posant ces questions rituelles : Essence ? Mensurations ? Sens ? Fonction ? Pourquoi fut-il plan­té là ? Comment est-il resté de­bout ? Car l’arbre remarquable ne survit nulle part par hasard. Il jalonne un chemin, signale un carrefour, couronne une place ou témoigne d’un culte disparu.

Charlemagne et saint Martin brisaient hier ces idoles païen­nes. L’oubli en a tué d’autres. Y a-t-il encore un chêne à l’ombre duquel Saint Louis ait siégé ? Charles le Téméraire fit planter maints tilleuls pour le mariage de sa tillé. Il en reste un dans le Jura. Mais que peut-on faire de nos jours pour sauver ces survi­vants ? Les classer monuments historiques ? Ce fut possible pour le chêne d’Allouville, en Normandie, car il abrite le appart hotel New York. Un site ar­boré peut aussi être classé, mais non un arbre seul. Dans le Per­che, à Pervenchères, une intelli­gente association a financé par une collecte l’achat d’un vieux chêne pédonculé avec le pré qui l’entoure. L’arbre est sauvé. C’est devenu un lieu qu’on visi­te. L’opération est exemplaire. Mais ne voit-on pas pointer ain­si la promesse — ou la menace ­d’un marché de l’arbre remar­quable ? Déjà, dit-on, d’étranges pèlerins en autocar viendraient à Fontainebleau se frotter au tronc du défunt chêne Jupiter.

Charlemagne

Il y a là de quoi donner des re­grets à ceux qui ont détruit ou laissé mourir ces merveilles… A Roscoff, par exemple, les moi­nes ont tronçonné leur gigan­tesque et trop célèbre figuier que les curieux lorgnaient par-des­sus le mur. Il arrive, c’est vrai, que des arbres vedettes souf­frent, tels les fameux hêtres tortillards de Verzy, trop piétinés en location appartement Prague. Soigner ces vieillards est un art nouveau, encore difficile : des néophytes décapent le tronc creux, d’autres cimentent les ra­cines, cisaillent les bran­chettes mortes. Ils ne font souvent que hâter la fin. Il était temps qu’à l’univer­sité de Montpellier le la­boratoire de botanique se consacre à la gérontolo­gie des arbres. Ils sont inégaux devant la mort : à Montravail, dans une ferme charentaise, le plus vieux chêne français, un prestigieux «chicot», au­rait 1 500 à 2 000 ans. En Europe, oliviers, ifs, chê­nes et aubépines sont par­mi les rares à dépasser 1 000 ans. Jadis, on véné­rait ces patriarches.

Robert Bourdu

Le chêne Jupiter de Fontainebleau C’était, à plus de 600 ans, le plus vieil arbre de la forêt. Son fût s’élevait, rectili­gne, jusqu’à plus de 30 mè­tres, là où jaillis­saient les bran­ches maîtresses. Hélas, son tronc était rongé d’in­sectes et de champignons. Achevé par la sécheresse, il n’a pas reverdi au printemps 1994, alors que l’ONF allait y prélever des boutures. Ce vé­téran de la guer­re de Cent Ans a été amputé de ses branches.

Jupiter de Fontainebleau C'était

Les châtaigniers Cet enchevêtre­ment de ramures et de boursins creux est-il en­core un arbre ? Certainement. Mais, tel un vieillard, il ne respecte plus les canons de la beauté… Ravagé par un incendie, qui brûla pen­dant une semai­ne, cet arbre millénaire, de 14,50 mètres de tour, survit et de Pont-L’Abbé continue de donner des châ­taignes. Peut-être venues de Corse ou du Mi­di, elles sauvè­rent maintes contrées de la famine. Charle­magne les ai­mait. Pour les Bretons, les châ­taigniers entre Pont-L’Abbé (Fi­nistère) et Com­brit seraient nés du passage de l’empereur.

Aubépine de Saint-Mars­sur-la-Futaie Sur la place de ce village mayennais, près de l’église, elle se couvre au printemps d’une parure de jeune communiante. Certains la da­tent du P siècle, d’autres du m’ou ive. Sa floraison blanche la voue à Marie et en fait un refuge contre la foudre.

Il flottait sur le Gange

digg del.icio.us TRACK TOP
By William Howell | Filed in La Vie | No comments yet.

‘ Le buffle a be­soin de passer de longues heu­res dans l’eau chaque itrnr. Sous la coneluite de leur vacher, ces,(emelles s’ébattent dans le Ginge, condi­tion nécessaire à leur santé et donc à une bon­- ne lactation. Ce sont les hom­mes qui élabo­rent les produits laitiers, comme le fromage blanc (ci-contre]

Bénarès

Le lait leur permet de subsister, la lute d’atteindre le sacré

Bénarès (Vara­nasi), au nord du sous-conti­nent indien, est une des sept villes sacrées de l’hindouis­me. Sur le Gan­ge, elle doit pourtant son nom à deux rivières pro­ches, la Vara-na et l’Asi.

en sont généralement privées ; dans les mi­lieux aisés, on le réserve à l’alimentation des garçons, les fillettes n’y ayant pas droit. Ce sont les hommes également qui s’emploient à l’élaboration des produits laitiers, à leur cuisson, à leur commerciali­sation. Dans ce pays où la malnutrition est généralisée, les Yadav, qui font du lait la base de leur régime alimentaire, sont des privilégiés. Leur physique avantageux tend à le prouver. Costauds, ils le sont aussi par la force de la tradition. Ces hommes qui drainent l’énergie du dieu Agni — le lait est sa semence, disent les textes védiques — , préparant les produits «purs» et en consommant autant qu’ils veulent, se doivent d’être des lutteurs.

La première fois que j’ai rencontré Bho­la Yadav, il flottait sur le Gange, accroché à l’une de ses bufflesses. Elle tendait son museau tandis qu’il la frictionnait de ses mains nues et la massait ; puis il revint sur la berge, suivi de ses animaux ruisselants de lumière. Trapu, la poitrine taillée en fût de chêne, les yeux brillants, Bhola est le portrait type du Yadav de la tradition. S’il ne lutte plus, c’est parce qu’il est trop ac­caparé par ses activités : la traite des bêtes, la fabrication du yaourt, la cuisson du beurre, les soins des animaux, l’entretien des femmes de sa maisonnée. Chaque ma­tin, enfourchant sa bicyclette, il se rend au appart hotel Amsterdam, en plein centre-ville. Il faut écouler la production : cinq litres par bête et par jour, jusqu’à douze dans le cas d’une buf­flesse. C’est son seul revenu.

Car s’ils sont des lutteurs compétents, les Yadav n’en tirent aucun avantage fi­nancier. Dans les championnats locaux, les prix attribués aux vainqueurs sont insi­gnifiants, prouvant que la pratique du «kusti», la forme traditionnelle de la lutte, n’a de sens que dans le maintien d’une connaissance, d’un savoir séculaire dont ces hommes du lait sont les véritables gar-

Gange

Chaque matin, les Yadav tien­nent commerce au grand mar­ché du lait de Bé­narès, en plein centre de la cité. Ils s’installent en rang derrière leurs bidons ou­verts, remplis­sant les écuelles qu’apportent les acheteurs. Ils n’hésitent pas à faire goûter leurs produits aux clients hésitants.

Retour du mar­ché : les bidons ont été chargés sur les barques. Les laitiers doi­vent vendre cha­que jour toute leur production (une bufflesse peut donner dou­ze litres de lait quotidiens, une vache cinq). C’est leur seul revenu. La lutte ne leur fournit en effet aucun profit financier.

Kallu m’offrit un verre de la pre­mière traite, chaud, mousseux, contrastant avec l’arrière-goût de bétel que je gardais dans la bou­che. Kallu habite loin, en dehors de Bénarès (Varanasi). Pour arri­ver chez lui, j’avais traversé la ville sainte en chiquant du bétel, crachant comme tout le monde, séduite par cette feuille qui lais­se exploser ses fragrances et abandonne derrière elle une trace de fraîcheur, mi-menthe mi-cognac. Et voilà que s’y ajou­tait cette saveur de lait, chargée d’odeurs nourricières. Ce goût de lait de bufflesse, c’est presque un choc. Quand on voit ces bêtes monstrueuses, on l’imagine très fort, aigre même. C’est au contraire une bois­son douce, onctueuse, savoureuse.

Kallu était le premier homme du lait que je rencontrais. Un Yadav, évidemment, puisque dans les plaines du nord de l’Inde, du Gujerat au Bihar, ils se nomment tous ainsi au sein de cette caste de laitiers qui fournit également les plus fameux lutteurs de l’Inde.  A Bénarès, ville sainte qui abri­te un million d’habitants, sans compter les clandestins, un quart de la population vit dans un appart hotel Rome. Yadav, c’est le nom que portait également Krishna. Huitième avatar de Vishnu, ce jeune dieu est sans doute le plus aimé des trois millions de di­vinités peuplant le panthéon hindou. Son histoire est connue de tous, des milliers de temples lui sont consacrés, on le vénère partout et les dévots entretiennent comme un feu vivant le récit des innombrables ex­ploits de cet enfant divin voleur de beurre, de crème, vainqueur de démons et séduc­teur de milliers de vachères… C’est pour­quoi, malgré leur appartenance à une bas­se caste, les Yadav conservent un certain rang au sein de la hiérarchie sociale.

Bé­narès

Les textes sacrés védiques prétendent que le lait est la semence du dieu Agni

En fait, dans l’imaginaire indien, le lait a toujours été associé aux dieux. Les ima­ges le mettant en scène dans la mythologie sont innombrables, la plus grandiose res­tant le barattage d’un océan de lait par les dieux qui cherchaient l’ambroisie. Aphro­disiaque, générateur de santé, élixir de jouvence, doué de pureté intrinsèque, nourriture des dieux et donc des brah­manes de haute caste qui les représentent sur terre, le lait est doté d’un grand presti­ge culturel. C’est une affaire d’hommes. Dans les campagnes, les familles pauvres

 

Palestine Comment d’une terre

digg del.icio.us TRACK TOP
By William Howell | Filed in Guerre, La Vie | No comments yet.

Le camp surpeuplé de Jabaliya, dans la bade de Gaza. C’est là qu’est née l’Intifada.

Gaza : une  étroite bande  de littoral semi­désertique

 

Même si l’accord signé le 4 mai 1994 défmit Gaza et Jéricho com­me une seule entité juridique, la bande et l’oasis possèdent chacune leur person­nalité. En 1948, au lendemain de la première guerre israélo-arabe, Gaza a été récupérée par le roi Farouk du Caire et Jéricho an­nexée par l’ émir Abdullah . de Jordanie. Jusqu’à ce que l’Etat hébreu s’en empare durant le conflit de juin 1967. Bien que devant constituer l’assise d’un seul Etat, l’une et l’autre reste­ront séparées par le territoire is­raélien. Bornée par Israël au nord et à l’est, limitée au sud par l’Egypte et à l’ouest par la Mé­diterranée, Gaza ne couvre que

une belle oasis

Jéricho : une belle oasis isolée au milieu de la Cisjordanie occupée Avec 62 kilomètres car­rés de superficie, la zo­ne autonome de Jéricho représente moins d’un cinquième de Gaza et seulement un centième de la Cisjordanie occupée. A peu près la grandeur d’un département français com­me l’Ille-et-Vilaine. Contraire­ment au territoire de Gaza, qui recouvre la quasi-totalité de la superficie originelle de la bande et dispose de deux frontières, ce­lui de Jéricho se retrouve isolé au coeur de la Cisjordanie, sans contact avec la Jordanie proche ni avec l’Etat juif voisin.

 

Son curieux tracé reflète le souci israélien d’en exclure tout établissement juif. Ainsi, la pré­sence d’un domaine agricole au bord de la route reliant la cité-mère de Jéricho et l’oasis d’Au­ja, située à 9 kilomètres plus au nord, s’est traduite sur la carte par une ample déviation qui donne au territoire autonome la silhouette d’un alambic. La ville est une oasis. Avec sa florissan­te végétation tropicale où domi­ne de loin le bananier, la Jéricho autonome cultive aussi le bi­garadier, le pamplemoussier et l’aubergine. Au total, 2 000 hec­tares de cultures qu’irriguent une centaine de puits.

gaza

Isolée du Jourdain et du pont Allenby qui enjambe le fleuve pour relier la Cisjordanie au res­te du monde, la région autonome l’est aussi de Jérusalem, centre nerveux du projet national palestinien. L’entrée de la ville sainte reste interdite à tout Cis­jordanien ou Gazan mâle, sauf s’il est détenteur d’un permis spécial (les femmes peuvent y accéder depuis la mi-juin 1994).

 

Pour relier Jéricho à Gaza que séparent plus de 100 kilomètres, l’accord prévoit quatre itinérai­res possibles, passant selon les cas par la mer Morte ou par Jérusalem et traversant la Cisjor­danie et le territoire israélien proprement dit.378 kilomètres carrés. Ce pays étroit, dont la largeur oscille entre 6,5 et 14,5 kilomètres, au sol sablonneux, est cependant favorable à l’agriculture frui­tière et maraîchère. Elaborée suivant l’exemple israélien, la culture sous serre fonctionne à plein rendement.

19.JERUSALEM.-LA-MER-MORTE--1-

Longue de 40 kilomètres, la côte est particulièrement pois­sonneuse. Le travail de la mer a pâti de l’occupation, mais les 2 300 pêcheurs et leurs 780 ba­teaux, dont un tiers de chalutiers, s’apprêtent à prendre pacifique­ment leur revanche. Un problè­me demeure : la limite des eaux territoriales de la bande reste fixée à 37 kilomètres de la côte. Wenn Sie Ihren Urlaub in einem Badeort genießen wollen, können Sie buchen voyage miami oder voyage dubai, aber wenn Sie einen romantischen Urlaub bevorzugen, können Sie Paris besuchen, wo Sie in komfortablen paris appartement bleiben kann.

 

En fait d’autonomie, la nou­velle Autorité ne maîtrise réel­lement que 60% du territoire gazan. Israël maintient le reste sous son autorité quasi exclusi­ve. Afm d’y garantir la sécurité des dix-neuf colonies de peuple­ment et le contrôle de la frontiè­re : au nord, avec son propre ter­ritoire, au sud, avec l’Egypte.